✨ Je vous souhaite une année aussi bonne et douce que possible, pleine de lectures et d'écriture. Après une pause dont j'avais un très grand besoin, Les Écritures reprennent doucement du service, avec quelques choses en vrac que je voulais vous dire et vous raconter.

🏗️ Construire un monde #1

En ce moment, je profite de mon projet de fin d'études pour réécrire la première partie de mon roman avec l'aide d'une tutrice, elle-même romancière. L'un des grands axes de ce travail, c'est la construction du monde. Mon histoire n'est pas de la science-fiction, mais elle a des éléments de fiction spéculative – que Margaret Atwood définit comme une manière de se confronter avec des possibilités qui sont inhérentes à notre société actuelle, mais qui n'ont pas encore été complètement accomplies. Pour que mon histoire marche, je dois savoir clairement quelles sont ces possibilités ; dans quel pays, quel milieu et à quelle époque elles adviennent ; quelles conséquences elles ont pour la société ; etc. Même si ce n'est pas le cœur de mon histoire, c'est son contexte, et c'est important que je le maîtrise même si tout ne figurera pas dans le texte final.

Cette question du “monde” dans lequel se déroule l'histoire se pose en réalité à tous les auteurs et autrices : à quelle époque se passe votre récit ? Dans quel pays, dans quel milieu social ? Si c'est une histoire parfaitement contemporaine, quelle place donnez-vous aux éléments de la vie quotidienne comme les smartphones, les réseaux sociaux, les références de pop culture ? De manière plus large, voulez-vous ancrer votre histoire dans un lieu et un moment bien précis, ou bien cultiver une sorte de flottement ? Quelle est l'importance de votre monde non seulement pour votre récit, mais aussi pour l'atmosphère du texte ?

Pour m'aider à répondre à ces questions, ma tutrice m'a recommandé un article du Guardian dans lequel des auteurs et autrices de science-fiction et fantasy racontent comment ils et elles construisent leurs mondes. J'aime bien cette citation de Becky Chambers, qui dit : “La construction du monde est à la fois la base de notre univers fictionnel et la décoration qu'on met aux murs.” Mais il y a plein d'autres pistes très intéressantes dans cet article : Kim Stanley Robinson rappelle par exemple qu'un monde est toujours vu par les yeux d'un narrateur ou d'une protagoniste, pour qui il n'est pas étranger, pour qui il est le contexte de la vie. Ce qui pose la question du point de vue, du degré d'information dont les lecteurs et lectrices ont besoin, et de comment la donner de manière naturelle et sans sortir du récit.

Bref, le sujet est vaste et passionnant, et cet article n'est qu'une introduction : j'ai demandé à une amie écrivaine bien plus experte que moi en “world-building” de répondre à mes questions sur ce sujet, et j'espère pouvoir réaliser et publier cette interview ici très bientôt !

Les ressources de la semaine

Le temps (beaucoup trop important) que je passe sur Twitter et Instagram m'a fait tomber sur des choses qui pourraient intéresser certain.e.s d'entre vous :

🧵Conseils d'éditrice : J'ai récemment commencé à suivre le compte de Bleuenn, une éditrice indépendante spécialisée en imaginaire et young adult. Même si vous n'écrivez pas dans ces genres, je vous conseille vivement la lecture de ses threads qui sont des mines de conseils applicables, à mon sens, à tous les manuscrits de fiction. Elle a notamment écrit deux fils sur les principaux défauts de fond et de forme des textes qu'elle reçoit. Elle insiste aussi (comme moi, et comme Sheila Heti dont je vous parlais ici) sur l'importance d'avoir des bêta-lecteurs pour rendre votre travail aussi bon que possible avant de le soumettre à des maisons d'édition.

👩‍🏫 Masterclass sur l'écriture de non-fiction : Les journalistes Clémentine Gallot, co-autrice de La Charge sexuelle (éditions First), et Pauline Verduzier, autrice de Vilaines Filles (éditions Anne Carrière), animent le 14 janvier à 18h30 une masterclass sur l'écriture non-fictionnelle, de l'idée à la publication. Pour celles et ceux qui ont un projet d'écriture en non-fiction, foncez ! La masterclass sera sur Zoom et les détails et inscriptions sont ici.

✍️ Sur le même sujet, j'en profite pour vous conseiller de suivre la journaliste Judith Duportail, autrice du livre L'Amour sous algorithme (éditions Goutte d'or) et du podcast “Qui est Miss Paddle ?” Elle est en train d'écrire un nouveau livre et partage souvent sur Instagram ses méthodes et ses processus, notamment ici où elle parle d'arc narratif.

Continuer d'écrire ensemble

Enfin, je voulais vous rappeler qu'avec certaines d'entre vous, nous avons commencé il y a quelques semaines à écrire et lire ensemble. Et bien sûr, en 2021 ça continue ! Pour rappel, vous pouvez rejoindre :

  • des sprints d’écriture : on se retrouve à une heure dite sur Slack pour écrire, chacun.e de notre côté mais en même temps. C'est un espace très flexible où on n’est pas seul.e pour écrire, et où on peut parler de ce qu’on est en train de faire.
  • des workshops : des réunions sur Zoom lors desquelles on fait des critiques bienveillantes et constructives sur les textes les uns des autres. “Workshopper” un texte, ça s’apprend, et je vous propose d’apprendre à le faire ensemble, avec vos propres travaux.

Si vous êtes intéressé.e par l’un ou l’autre de ces formats (ou les deux), écrivez-moi pour vous inscrire à newsletterlesecritures@gmail.com !

Ces sessions sont incluses dans l’abonnement payant aux Écritures (5€ par mois ou 50€ pour un an). Si vous n’êtes pas encore membre, vous pouvez le devenir en vous connectant sur le site des Écritures et en suivant les étapes dans la rubrique “Mon Compte”.

✍️ Les Écritures est une newsletter hebdomadaire et gratuite. Pour recevoir les prochains articles directement par mail, abonnez-vous ici.

Certains articles sont réservés aux membres : pour souscrire un abonnement payant, connectez-vous sur le site et suivez les étapes dans la partie “Compte” (en haut à droite).